époque moderne

En 1567, le seigneur de Dieudonne est Louis de Montasie. Quatre ans plus tard, c'est Louis de St Gelais. Sa petite fille se mariera avec Louis de Montmorency. Ils auront un fils décapité pour haute trahison en 1632. La baronnie sera alors confisquée.

Cette année-là, Pierre de Vendeuil est déjà seigneur de Dieudonne et y réside. Il s'est marié deux ans plus tôt et a fait construire un château dans le vallon. Le village se développe de part et d'autre. À la Fosse au Magnat (Fosse St Clair) une chapelle vient d'être bâtie au frais de Pierre.

À cette époque la vigne fait vivre le petit bourg, les artisans, ses rares commerçants.

La vigne est présente un peu partout autour du village, la vigne était très renommée à cette époque. La paroi semblait bien vivre en grande partie de la ville lumière. Dieudonne vendait son vin à Chambly et à Neuilly-en-thelle. Cependant les temps changent et au lieu du vin d'Ile de France, les cabaretiers servent maintenant du vin de Touraine et même de Bourgogne. Le cidre remplace le vin depuis quelques décennies sur les tables des paysans et l'on a de plus en me plus de mal à trouver des débouchés pour celui de Dieudonne.

Toujours à cette époque, sur le plateau tournent les ailes du moulin qui tourne sur lui-même autour de son pivot selon le vent. Le moulin se trouvait au-dessus de l'actuel cimetière, on n'y accédait par la côte de Lorigoutte (chemin à droite sortie du village vers Neuilly-en-thelle). C'est aussi par là qu'on se rendait le moins difficilement à Neuilly puisque la route actuelle n'était pas tracée.

Le village en 1789

Le village n'est plus qu'une suite continue de maison mais ne se présente sous la forme de plusieurs regroupements de construction :

  • au Nord, la Rue d'En Haut (sortie du village vers la Fosse et Neuilly au chemin des Cerisiers) ;
  • autour du château, la Grand’Rue (du chemin des Cerisiers à l’Eglise) ;
  • au Sud, la Rue d’En Bas (de l’Eglise à la mare); - à part, le Bout Sec sur la Route d’Anserville ;
  • la Ruelle, le long de la Gobette dont le fossé sert de chemin d’accès.